Notre vrai visage

La contemplation n’est pas une pratique à travers laquelle nous essayons de développer un “état spirituel” particulier. En fait, le seul fait de l’adopter procure déjà le résultat que nous escomptons, avant que nous en ayons obtenu l’évidence. Elle est ce que l’on appelle un “véhicule du fruit”.

Aujourd’hui, nous sommes illusionnés et dépendants d’un jeu, qui nous dissimule notre véritable identité. Le fait de suspendre notre jeu, d’être sans rôle pendant un moment permet de laisser transparaître notre vraie identité. Nous voulons croire encore que celle-ci correspond à un “résultat” que nous obtenons. Cependant, il s’agit de ce que nous sommes spontanément par défaut.

C’est de nous arrêter d’être faux, qui naturellement laisse apparaître notre vrai visage. C’est ce qui se produit lorsque nous contemplons. Au moment de l’éveil, nous réalisons de toute évidence que nous n’avons jamais cessé d’être vrais sous le costume. Le personnage n’a pas à développer une “transcendance”. Sinon, nous continuons d’accorder beaucoup d’importance à l’illusion, à ce qui n ’est qu’une comédie et qu’un rôle factice.

Partager :